GÉOLOGIE VOLCANIQUE ET PAYSAGES LITTORAL

Alors que beaucoup de villes héraultaises sont construites en pierre blanche calcaire, Agde se distingue. Elle est souvent surnommée la ville noire. En effet, le basalte, une roche volcanique par excellence, a été utilisé comme unique matériaux de construction de la cité. Cette pierre extraite du sous-sol  local (carrières environnantes) est issue de volcans apparus sur le territoire agathois il y a environ un million d’années.

Sur la commune deux sites permettent d’appréhender ce relief si particulier : le Mont Saint-Loup/ Mont Saint-Martin/ Petit pioch et celui de la Grande Conque au Cap d’Agde.

Le Mont Saint-Loup est un élément de paysage remarquable, un lieu familier pour les locaux, un repère géographique évident (un amer pour les navigateurs). Il peut être considérer comme un élément phare du paysage agathois au même titre que la cathédrale St Etienne ou le canal du Midi.

Haut de 113 mètres, planté de pins parasol dans les années 1970, il offre un panorama superbe sur le littoral de Sète à Valras et bien au-delà. Le Mont Saint-Loup est apparu il y a un million d’années. Il prolonge la chaîne de volcans qui s’étend depuis l’Escandorgue (un lieu-dit au bord du causse du Larzac, au nord-ouest de Lodève) jusqu’au Cap d’Agde. Il s’est éteint depuis, et l’érosion à atténué son relief. En cela il est bien différent de la chaîne des Puys, du Puy de Dôme dont l’alignement de cratères et bien marqué. Ces derniers étant éteints depuis seulement 6.000 ans moins attaqués par l’érosion.

Très proche de lui les deux collines de Saint-Martin (55 m) et du Petit-Pioch (68 m) constituent d’autres pointements volcaniques.

Ces trois reliefs sont constitués principalement de scories attestant d’une activité de type  strombolienne. Ces volcans se forment à la suite d’éruptions continues, qui produisent des coulées de laves, mais surtout beaucoup de scories.

Les falaises du Cap d’Agde ou la Grande Conque présentent la particularité d’offrir un paysage à la fois volcanique issu d’une éruption et aussi un phénomène naturel : l’érosion marine qui a modelée ces falaises de tuf creusant une crique de forme concave marquée à son extrémité par les rochers des deux frères.

Des tufs jaunâtres (contenant de la palagonite, verre volcanique), des tufs grisâtres (non altéré par le contact avec l’eau l’or de l’éruption) plus grossiers contenant des inclusions de sédiments, de bombes et de lapilli, des roches sombres et plus dures (reste d’un dyke : filon de lave basaltique) : tout ceci forme le site naturel de la Grande Conque, les différentes couleurs attestant du caractère particulier du volcanisme du Cap d’Agde.

Des coulées de lave ont également été localisées à différents endroits, la plus importante partant du Mont Saint-Loup vers la ville d’Agde et vers le sud. La cité d’Agde à été entièrement bâti sur une longue coulée de plusieurs mètres d’épaisseur. Les trois collines de scories reposent sur des tufs basaltiques, certains renfermant des scories, attestant des prémices d’activité des cheminées avant leurs éruptions.

Agde n’est pas la seule ville des environs à s’être sur un support volcanique nous pouvons citer Saint-Thibéry et Bessan au nord.